Société

La Semaine d’or : le cauchemar touristique

Fin septembre je suis en Chine, libre comme l’air, et je compte bien profiter de ma dernière semaine dans le pays pour visiter. « Bon, ce sont les vacances en Chine à cette période (du 1er au 7 octobre), va falloir gérer les réservations, s’attendre à pas mal de monde… » me dis-je.

Le programme s’organise : je rejoins une amie chinoise à Pékin et nous partons en voiture avec son oncle pour Datong le 1er octobre (大同 : à 374 km à l’ouest de la capitale, dans le Shanxi 山西). La même chose est prévue pour le retour le 5 octobre.

Quelques embouteillages à l’aller mais ça va.

Dès le lendemain l’on visite l’endroit à ne pas louper si l’on passe par Datong : les grottes Yungang (云冈石窟), une série de grottes et de statues bouddhiques du Vème et VIème siècles. Là on se rend un peu plus compte que les gens sont en vacances, avec un parking chaotique et beaucoup de monde sur le site (comme c’est grand, on peut quand même circuler librement).

grottes Yungang

grottes Yungang1

grottes Yungang2

Deuxième jour, l’excursion se poursuit à quelques 70 km de la ville, pour voir le fameux monastère suspendu (悬空寺, xuánkōngsì). On prend le car, qui n’a ensuite pas d’autre choix de s’arrêter à 3 km de son point d’arrivée, immobilisé par une file quasi-immobile de voitures… qui se rendent toutes au monastère.

Et là, comme tout Français, on se dit « Oh là là… » (sans parler d’autres expressions subtiles).

On marche, on marche.

Xuankongsi

On arrive (enfin). On fait la queue (ça n’avance pas). Et au bout de presque 1h, on achète le billet d’entrée.

Xuankongsi1

Tout fier d’avoir passé cette étape, on entre sur le site, soulagé et émerveillé.

Xuankongsi2

Bon, avec le zoom c’est un peu moins merveilleux.

On approche tranquillement. Puis une queue sans fin, se perdant dans un escalier couvert, se profile sous nos yeux. « Il faut trois heures d’attente » nous dit-on.

Il est déjà 13h environ (nous sommes parties à 10h le matin), le dernier car est à 18h. Le choix est rapidement fait, même si je n’en suis pas fière : on s’insère directement au niveau des escaliers (c’est là que j’ai appris le mot, « doubler, gruger » d’ailleurs : 插队, chāduì).

Ça dure peut-être 1h30, je ne sais plus très bien mais c’est long.

En fait la queue ne s’arrête jamais, une fois dans le monastère, tout le monde est agglutiné. On se demande comment ça tient avec la foule (cet endroit a 1500 ans mais qui sait…)

On piétine, presque pas le temps de s’arrêter pour photographier.

Xuankongsi3Xuankongsi5

Xuankongsi4

Xuankongsi6

Puis le retour en voiture du 5 octobre. A environ 100 km de Pékin, une brume grisâtre, plus que douteuse, nous englobe. Ensuite ce sont les embouteillages monstres : les gens descendent même de leur voiture car rien ne bouge. Au final on avance petit à petit, croisant à plusieurs reprises des voitures légèrement accidentées. Interminable ! Plus de 6h de route au lieu de 4h en temps normal…

J’ai malgré tout réussi à apprécier les endroits et, avec le recul, j’ai même l’impression que ce n’était pas si terrible…

Ce ne fut pas le cas de tous !

cité interdite
cité interdite1(Offbeat China/ Weibo)

cité interdite2

La Cité interdite a accueilli le double de sa capacité en un jour, soit 175 000 visiteurs.

place tian anmen(Offbeat China/ Weibo)

Place Tian’anmen

grande muraille(Offbeat China/ Weibo)

La Grande Muraille

jiuzhaigou(Offbeat China/ Weibo)

Et le pire : la réserve naturelle de Jiuzhaigou (九寨沟), dans le Sichuan, où se sont rendues 10 000 personnes en un seul jour. La plupart des personnes sont restées debout pendant 11h et 4000 ont été bloquées pour la nuit. Face à cette situation, la police paramilitaire a dû intervenir.

La Semaine d’or de la Fête nationale (黄金周, huángjīnzhōu, ou Golden week en anglais) a été instaurée en 1999 pour booster la consommation du pays. En plus des plaintes des touristes, du stress et de la colère, de la pollution, le revenu touristique annuel est en baisse depuis. C’est donc plutôt un échec et beaucoup de journaux parlent de chaos cette année (pas besoin d’en dire plus avec ces photos).

Pour s’accorder les vacances nationales (s’ajoutent à celles du 1er octobre, la Fête du printemps, la Semaine d’or du 1er mai et la Fête des bateaux-dragons), un employé travaille généralement sept à huit jours d’affilée juste avant, ce qui n’est pas légal : la loi stipule un jour de repos par semaine.

Face à ces conséquences, des spécialistes se penchent sur la question : prolonger la semaine de vacances, instaurer des congés payés à dates flexibles… Quelle solution ?

En tout cas, la Semaine d’or pour moi, une fois mais pas deux !

Publicités

2 réflexions sur “La Semaine d’or : le cauchemar touristique

  1. La semaine d’or ou le paradis de la gruge… oui, quitte à voyager en Chine mieux vaut éviter cette semaine maudite. Il y a deux ans, je suis restée à la fac de Wuhan lors de la golden week, mes amis étaient venus de Tianjin pour me voir, et avaient passé beaucoup trop de temps dans les transports, je me souviens que la petite d’une de mes amies a somnolé durant les trois jours de visites pendant qu’on piétinaient dans les temples. Alors oui, si vous pouvez prendre des vacances en dehors de la golden week, restez chez vous ! (sauf, évidemment si vous voulez observer de plus près un phénomène sociologique bougrement intéressant) 😉

  2. Pingback: La Semaine d'or : le cauchemar touristique...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s