Bande Dessinée

« Le Juge Bao », la belle manière de s’initier à la BD chinoise

Il y a quelques mois, je suis entrée dans un magasin de BD à Paris, poussée par la volonté de découvrir ce qui se faisait en matière de bande-dessinée chinoise.

Un peu perdue, j’ai demandé au vendeur de me conseiller sur le sujet. Très interloqué, il commença par me dire que la BD chinoise était quasiment inexistante, et que lui même n’y connaissait rien. Il m’a dirigée vers un rayon peu accessible, en me disant « voilà, tout est là ». Examinant lui même les albums disponibles, la mémoire sembla lui revenir. « Ah, je vous conseille ça! Ah, et ça aussi! Ca par contre, c’est moins bien. Ah, ça, c’est génial ». Tout emballé par sa re-découverte de la bande-dessinée chinoise et la mémoire qui lui revenait soudain, il me fit un topo de l’état actuel de la bande dessinée chinoise en France.

Il m’expliqua que la BD 100% chinoise, ça n’existe « pas ». Ou alors, ce sont des albums de piètre qualité. Pourquoi? Tout simplement car si les chinois ont d’excellents dessinateurs, ils n’ont pas de bons scénaristes de bande-dessinée. Cette compétence ne s’est pas encore suffisamment développée en Chine comme elle a pu se développer en France mais surtout en Belgique, aux Etats-Unis ou encore au Japon, les trois pays rois incontestés de la bande-dessinée. Je lui opposai que la BD fait pourtant partie elle aussi du patrimoine culturel chinois: il n’y a qu’à penser à SanMao, BD populaire contant les aventures d’un enfant vagabond en Chine datant de… 1935!

San Mao, héros de BD depuis 1935

San Mao, héros de BD depuis 1935

Certes, me dit-il. Mais si la BD existe en Chine effectivement depuis longtemps, il y a beaucoup d’autres pays dont c’est le cas. Mais ce qui permet à de bons scénaristes de BD d’émerger, c’est d’évoluer dans un pays où la BD est une culture de masse. Si les meilleurs scénaristes sont Belges, Américains ou Japonais, c’est parce-que la BD n’est pas seulement un peu présente dans ces pays: elle est partout. Et c’est naturellement dans ces pays où la bande-dessinée est une institution que naissent les dessinateurs et scénaristes de demain…

Très logique!

Alors, continua-t-il, la BD chinoise de qualité, c’est bien souvent une BD sino-quelquechose. Un dessinateur chinois et un scénariste étranger. Et cela fonctionne bien, très bien… il commença à m’énumérer les BD franco-chinoises. La liste n’est pas longue, mais selon cet expert, la qualité est au rendez-vous tant sur le dessin que dans les scénarios. « D’ailleurs » me dit-il, « parmi tous ces titres, il ne m’en reste qu’un selon les stocks. Les autres sont en rupture, victimes de leur succès. Où est-il déjà… Ah mais oui! » Il me montre une série de 4 albums emballés ensemble, posés sur le présentoir des « coups de coeur ». Me voilà face aux derniers exemplaires de la série « Le Juge Bao », du 1er au 4ème tome. « Il y aura 6 tomes au total, le 5ème sort dans quelques mois. Le scénariste est français, le dessinateur est chinois. L’histoire se passe dans la Chine antique, l’intrigue est hyper prenante. Vous allez adorer! »

Le Juge Bao

Il me parle de la maison d’édition de la série, les éditions FEI. Une excellente maison selon lui, spécialisée dans la BD franco-chinoise. « Toutes leurs BD sont très bien ».

Aussitôt dit, aussitôt fait, je repars de la librairie mes 4 tomes sous le bras et le sourire aux lèvres en me disant que pour quelqu’un qui prétendait initialement ne rien y connaître en BD chinoise, il m’avait plutôt donné l’air d’être une encyclopédie vivante sur le sujet. J’imagine que c’est à ça que l’on reconnaît les véritables passionnés de BD…

J’ai commencé ma lecture du « Juge Bao » le soir même. J’ai fini les 4 tomes en mois de 24h, avec une envie furieuse de lire la suite.

1_juge bao_1-094

Le « Juge Bao », c’est tout d’abord un travail graphique impressionnant. Le dessin tout en noir et blanc regorge de détails, et on se laisse prendre à examiner d’un oeil admiratif la technique de Chongrui NIE, le dessinateur.

juge-bao-chongrui-nie-p86-_d8b1-les-editions-fei

Mais le « Juge Bao » c’est aussi un univers. Sombre, dans la violence et la cruauté duquel naissent une forme de poésie. Mais c’est également un univers d’espoir: en effet, le héros qui donne son nom à la série, le Juge Bao, est un personnage historique devenu légendaire de par sa droiture et incorruptibilité qui faisaient trembler les plus puissants, et qui ont fait de lui l’un des personnages les plus respectés de l’histoire de Chine. Le Juge Bao, à qui l’empereur a octroyé les pleins pouvoirs, parcourt la Chine de la dynastie des Song du Nord (960-1126) afin d’endiguer la corruption galopante et rendre justice quel que soit le rang social des coupables et des victimes. Ce qu’il découvre dépasse parfois l’entendement…

le juge bao

Le Juge Bao, c’est enfin un scénario. Parfaitement adapté de la « légende » vers un format BD, tous les éléments sont réunis pour accrocher le lecteur, qu’il soit bédéphile amateur, geek BD ou simple sinophile souhaitant se familiariser avec la légende du Juge Bao. On plonge dedans comme dans un excellent thriller, et on n’en ressort qu’avec l’envie de lire la suite.

Le tome 5, avant-dernier tome des aventures du Juge Bao vient de sortir aux éditions FEI. Et vous l’aurez compris, nous vous le recommandons chaudement…

Plus d’informations sur le site des éditions FEI.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s