La couv' du dimanche/Littérature

La couv’ du dimanche 5 : « Poupées de Chine » de Lisa See

Sur la couv’ de ce dimanche une jeune femme élégante et toute pimpante, emmitouflée dans le col de fourrure blanche de sa robe vieux rose des années trente à l’occidentale, elle nous décoche un regard franc et un sourire enjôleur tout en prenant la pose d’une diva. Cette jeune femme qui est-ce? Est-ce Grâce la douce, Helen la distinguée, ou Ruby l’impétueuse? J’ai bien ma petite idée sur la question, le devinerez-vous? Et l’arrière plan, ce pont que l’on voit dans tous les films hollywoodiens, l’avez-vous reconnu?

 

 

Couverture française

Couverture française

51KY7HhvPKL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-v3-big,TopRight,0,-55_SX278_SY278_PIkin4,BottomRight,1,22_AA300_SH20_OU02_

Couverture anglaise, là aussi on y voit une jeune chinoise aguicheuse et décontractée prenant la pose devant un fond de gratte-ciels.

china-dolls-lisa-see

Les couvertures américaine et française sont les mêmes, sur la couverture américaine les caractères du titre sont plus gros et les précédents romans de Lisa See y sont mentionnés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Trois filles et un destin, trois poupées chinoises qui tentent de s’épanouir à Frisco. Grâce, jeune fille élevée dans le fin fond de la plaine du midwest fuit un passé douloureux, Helen, fille de bonne famille tente de s’échapper du carcan des traditions, et enfin Ruby, femme fatale, cache son identité pour réaliser une vie indépendante. De parfaites inconnues qui vont se croiser au détour d’un cabaret. Leur rêve à toutes les trois : briller, leur moyen : la danse, attention! Ça va swinguer!

Humour, rires, larmes, amertumes, passions, ambitions, elles vont tout partager et ne sont pas prêtes à abandonner leurs rêves dans ce monde emprunt de racisme où être une chinoise ferme les portes de la gloire. « Poupées de Chine » nous emmène dans un univers de strass et paillettes qui côtoie les rues insalubres et animées du chinatown d’un San Francisco d’autrefois. Un concentré d’ondes positives! I do love it!

 

lisaseephoto_th

Lisa See née à Paris, vît à Los Angeles. Son arrière grand-père immigré chinois aurait été un parrain du Chinatown de L.A. d’où peut-être son intérêt pour la vie chinoise dans l’Amérique des années folles que l’on peut apercevoir avec « China Dolls ». Merveilleuse conteuse elle nous a déjà enchanté avec des titres comme « Le Pavillon des Pivoines », « Fleur de Neige » ou encore « Les Filles de Shanghai ».

.

Poupées de Chine

Flammarion

2014

Traduit de l’anglais par Rose Labourie

Site officiel de Lisa See en anglais

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s