Sport

Li Na, l’étoile chinoise se retire du circuit WTA

 

Li Na victorieuse de l’Open d’Australie en Janvier 2014. (Crédits : AP Photo)

 

Loin de relever de l’inattendu depuis l’annonce faite jeudi par la télévision officielle chinoise CCTV, ce qui n’était qu’une rumeur persistante est maintenant officiel. 10 ans après avoir remporté son premier tournoi en WTA en triomphant à Guangzhou le 03 Octobre 2004, la joueuse de tennis Li Na, 32 ans (N°6 au classement WTA) annonce sa retraite, via son microblog, se confiant en ces termes : « N’étant plus en mesure de jouer au même niveau qu’auparavant, (…) j’ai pris la décision qui s’impose : arrêter la compétition ». On peut lire plus précisément sur sa page Facebook comme sur le site de la WTA, une chaleureuse lettre de remerciement adressée à ses proches, au monde du tennis et à ses nombreux fans dans le monde. Li Na met ainsi fin à une brillante carrière professionnelle en tant que représentante chinoise du tennis sur la scène internationale.

Li Na à l’Open d’Australie 2014 (crédits David Gray / Reuters)

 

Li Na a connu ces derniers temps des soucis physiques l’empêchant d’être constante sur le circuit. Elle avait déclaré forfait cet été pour les tournois de Montréal, Cincinnati mais également l’US Open, convaincue par ses médecins de prendre une pause prolongée. Poussée par son envie de jouer, elle espérait un retour à la compétition pour le tournoi de Wuhan et celui de Beijing, mais sa blessure au genou a eu raison d’elle, la mettant définitivement hors circuit.

Parfois inconstante, mais souvent géniale, elle était capable de défaire les plus grandes lorsqu’elle produisait son meilleur tennis. Li Na restera dans l’histoire, comme la première joueuse asiatique (WTA et ATP confondus) a remporter un titre WTA (Guangzhou), mais aussi et surtout, un tournoi du grand chelem avec ses victoires à Roland Garros en 2011, puis à l’Open d’Australie (2014).

Elle pu se hisser à la 2e place du classement mondial WTA, juste derrière sa grande rivale Serena Williams. Et s’il n’a manqué que cette première place au classement pour parfaire la légende, il ne fait aucun doute qu’elle vient d’entrer dans l’histoire du tennis. Elle est devenue un modèle pour impulser un cycle ambitieux, une ère de modernité pour le tennis chinois. Les joueuses et les joueurs chinois auront désormais à coeur de s’identifier à elle pour égaler voire dépasser son palmarès en gagnant des titres du grand chelem et en devenant N°1 mondial.

Li Na arborant ses trophées du grand chelem (Crédits : Getty Images)

 

L’étoile chinoise fascine autant qu’elle divise

A ses débuts professionnels en 1999, la joueuse droitière n’aurait jamais imaginé une carrière aussi vertigineuse.
Mais ce succès faisant, elle doit faire face aux frustrations que cristallisent sa popularité et son ascension, inédite pour une Chinoise dans le tennis.
Les uns lui reprochant un manque évident de patriotisme, quand elle « omet » de remercier la Chine à chacune de ses victoires en tournoi, les autres lui reprochant la froideur d’un iceberg, et l’ensemble, dans une chorale contestataire, demeurent scandalisé par les primes gouvernementales qu’elle reçoit, comme l’illustrent certaines polémiques, notamment avec sa prime de 800.000 yuans (96.000 euros) octroyée par le gouvernement du Hubei suite à sa victoire à l’Open d’Australie (2014).
Certains considèrent que la prime de victoire prévue par les organisateurs du tournoi étant telle (2,65 millions de dollars australien, soit 1,7 millions d’euros) qu’il n’est pas nécessaire de dilapider l’argent public chinois, argent qui pourrait être employé autrement. Ce qui n’est pas de l’avis du gouvernement du Hubei. Ce dernier considère que tout victoire d’un sportif chinois est une victoire politique de la Chine.
Cependant, on rappellera qu’en 2011, après sa victoire à Rolland Garros, Li Na reversa sa prime gouvernementale à des hospices locaux.

Ce qui ressort véritablement de Li Na c’est une décontraction et un humour caractérisant les plus grands compétiteurs satisfaits d’atteindre leurs objectifs, comme en témoigne son discours à l’Open d’Australie (2014).

Li Na (Crédits : Getty Images)

S’appuyant sur la carrière exemplaire de Li Na, devenue une icône vivante à Wuhan (sa ville de naissance), le nombre d’infrastructure sportive liée à la pratique du tennis s’est accru considérablement sur les rives du fleuve bleu comme dans tout le pays. Ce développement illustre un intérêt grandissant auprès de la population pour la petite balle jaune. Il illustre aussi l’intérêt des instances gouvernementales régionales et nationales qui ont bien cerné tous les enjeux politiques de la réussite de sportifs tel que Li Na.
Ainsi, en 2008, la Chine comptait 2 tournois dans le circuit WTA. Aujourd’hui, on en dénombre 10.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s