Cinéma

FCCF 2015 : La Chine fait son cinéma en France!

 

De gauche à droite : Jérôme Seydoux, Dany Boon, Xu Jinglei et Zhai Jun (ambassadeur de Chine en France)   crédits photo : Loubaki / CN Kick

De gauche à droite : Jérôme Seydoux, Dany Boon, Xu Jinglei et Zhai Jun (ambassadeur de Chine en France)
(Crédits photo : Loubaki / CN Kick)

 

Le 12 Mai a débuté la 5e édition du Festival du Cinéma Chinois en France, qui se déroulera jusqu’au 30 Juin 2015.
Une programmation de films est présentée sur plusieurs villes de France métropolitaine et à l’Ile de La Réunion. Cette année, le festival fera aussi une escale à Brest.

Dans une logique d’ouverture affirmée, le cinéma chinois est devenu le second marché de la planète, derrière les Etats-Unis.
Connaissant une croissance globale de 30% depuis 2003, selon les prévisions d’une étude de Ernst&Young, il devrait occuper la première place avant 2020.

Par ce Festival du Cinéma Chinois en France, qui s’inscrit dans un partenariat culturel franco-chinois initié en 2010, la Chine s’offre les moyens de ses ambitions et élargit sa vitrine en France.
En 2012, le président Hu Jintao déclarait que « l’influence internationale de la culture chinoise ne correspond pas au statut international de la Chine ». Il enjoignait ainsi le régime communiste à dynamiser le « soft power » du pays.

Les groupes privés tirant dans le même sens, en 2013, le conglomérat chinois Wanda group, premier propriétaire de salles de cinéma dans le monde, lançait son projet de Cité du cinéma dans la ville de Qingdao, pour un budget total de 50 milliards de yuans (6,1 milliards d’euros). Ce projet livré en 2016, deviendrait ainsi la plus grande cité du cinéma au monde et aurait pour objection d’attirer beaucoup de productions étrangères.

La forte expansion économique et la libéralisation, bien que lente, alimentent les ambitions bien réalistes du cinéma chinois. Mais cela nécessitera sans doute une ouverture plus grande pour les concrétiser, notamment sur la libéralisation des idées. Au gré des efforts fournis par le secteur cinématographique, on peut imaginer sans excès d’optimisme, que c’est l’une des voies envisagées par la Chine pour pérenniser à long terme ce développement. Mais c’est une option qui ne va pas, sans de grandes réticences, face au « risque » d’occidentalisation de la culture chinoise et l’influence du cinéma hollywoodien.

Xu Jinglei - Conférence de presse à l'Hotel Le Meurice (Paris)  Crédits photo : Loubaki / CN Kick

L’actrice et réalisatrice Xu Jinglei – Conférence de presse à l’Hotel Le Meurice (Paris)
(Crédits photo : Loubaki / CN Kick)

 

Plus qu’une volonté d’expansion, avec le Festival du Cinéma Chinois en France, il s’agit avant tout d’échanges culturels.

Avec l’acteur-réalisateur Danny Boon et le comédien-humoriste Frédéric Chau, ces échanges s’inscrivent sous le signe de l’humour. Un humour que partage aussi la talentueuse réalisatrice et comédienne, Xu Jinglei, en donnant la réplique à Danny Boon lundi soir, lors de la séance d’inauguration, sur les Champs Elysées, avant que son film « Somewhere only we know » soit présenté en ouverture du festival.

L'acteur et réalisateur Dany Boon - Inauguration de la 5e édition du Festival du Cinéma Chinois en France  Crédits photo : Loubaki / CN Kick

L’acteur et réalisateur Dany Boon – Inauguration de la 5e édition du Festival du Cinéma Chinois en France
(Crédits photo : Loubaki / CN Kick)

 

L'acteur humoriste Frédéric Chau - Inauguration de la 5e édition du Festival du Cinéma Chinois en France  (Crédits photo : Loubaki / CN Kick)

L’acteur humoriste Frédéric Chau – Inauguration de la 5e édition du Festival du Cinéma Chinois en France
(Crédits photo : Loubaki / CN Kick)

Avec cette logique d’expansion, d’échanges et d’ouverture, le cinéma chinois nous promet encore de belles heures à passer dans les salles obscures. Encore doit-il pouvoir permettre l’expression de ces multiples facettes, et notamment le cinéma indépendant, qui reste aujourd’hui grandement menacé, car, à l’écart de cette logique de développement, d’expansion, d’échanges.

Le cinéma chinois en quelques chiffres : 

3,6 milliard de dollars. C’est la part de profits des films chinois, soit 59% du marché (2013).

16, comme le nombre de salle de cinéma qui ouvrent chaque jour, selon le Zhang Hongsen (patron de l’administration d’Etat de la radio, du cinéma et de la télévision). La Chine compte aujourd’hui plus de 20.000 salles de cinéma (2014).

34, comme le nombre maximum de films étrangers pouvant sortir sur le territoire chinois, comme le prévoit le contingent annuel d’importation de films étrangers. En 2012, il était limité à 20. Ces limites concerne les films sur pellicule et donc les films numériques échappent à cette réglementation.

36, comme le taux de croissance record en pourcentage, des profits générés par le cinéma sur le premier trimestre 2014 en Chine.

Advertisements

Une réflexion sur “FCCF 2015 : La Chine fait son cinéma en France!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s